samedi 10 mars 2012

Méditation



Au fil de mes promenades 
une lueur en aval 
             mes pensées vagabondes 

27 commentaires:

  1. Réponses
    1. Norma > Peut-être , je te répondrais par cette citation:

      (Aimer et mourir) sont deux lueurs qui ne font qu'un seul feu, et sans doute est-ce pour cela que nous aimons si peu, si mal: il nous faudrait consentir à notre propre défaite.

      Christian Bobin

      Bon samedi

      Supprimer
  2. La lueur tout de même dans une ambiance crépusculaire que j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. Françoise > Une lueur en musique où s'abandonne le temps ...

    RépondreSupprimer
  4. Vers la lumière
    j'aspire
    le chemin éclairé

    RépondreSupprimer
  5. De Lamartine:

    « Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
    Hâtons-nous, jouissons !
    L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
    Il coule, et nous passons ! »

    (Le lac)

    RépondreSupprimer
  6. De Lamartine encore, mais extrait du Vallon :

    Voici l'étroit sentier de l'obscure vallée :
    Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais,
    Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée,
    Me couvrent tout entier de silence et de paix.

    Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure
    Tracent en serpentant les contours du vallon :
    Ils mêlent un moment leur onde et leur murmure,
    Et non loin de leur source ils se perdent sans nom.

    RépondreSupprimer
  7. A moins que ce fragment de l'Automne ne convienne encore mieux :

    Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire ;
    J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
    Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
    Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois.

    Lamartine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de choisir ;-)
      L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
      Il coule, et nous passons ! Mais j'aime celui-ci

      Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire ;
      J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
      Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
      Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois.

      Supprimer
  8. Dans la lumière du soir
    les esprits nous susurrent
    les jours en allés

    RépondreSupprimer
  9. tout abonde dans le même sens
    rechercher une familière présence....
    reconnaitre avec tant d'aisance
    le charme envoutant de la voix


    bon week end !

    RépondreSupprimer
  10. Ô combien je voudrais être sous ce puits de lumière, à l'entrée même du paradis, là où s'arrête le temps...

    Oh oui, j'aimerais y être pour me reposer un instant et laisser le ciel chasser mes pensées comme des nuages poussés par le vent.

    Admirable photographie - remarque haïku! Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mésange , j'aimerais aussi trouver une entrée où le temps n'a plus lieu .

      Supprimer
  11. L'ombre des futs dessine au sol une ogive,
    comme un chemin vers cette verrière de cathédrale illuminée de soleil

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir Pat j'aime cette ambiance chez toi et ta photo aussi
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  13. Marcher jusqu'à la lumière et croire, non pas que l'issue est belle , mais avoir la conviction qu'elle a un sens ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donner sens aux choses et parfois elles nous dépassent . Je suis ni croyant , ni athée Arlette... je cherche et personne n'a la Vérité .

      Supprimer
  14. Grrr ! Blogger à boulotté mon commentaire laissé avant-hier.
    Je disais :
    L'ombre des futs trace un chemin de lumière vers cette verrière de cathédrale illuminée de soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire est arrivé plus tard que celui-ci , mystére de la toile ;-) le principal c'est de te lire et tout arrive .

      Bonne journée

      Supprimer
  15. Il semble que la paix et l'amour soit au bout de ce chemin ! Superbe !

    RépondreSupprimer