mercredi 4 janvier 2012

Songes



Les nuages sont les messagers du vent 


Parce que le poète nous découvre une nuance fugitive, nous apprenons à imaginer toute nuance comme un changement. Seule l'imagination peut voir les nuances, elle les saisit au passage d'une couleur à une autre.
  • L'Air et les Songes — Essai sur l'imagination du mouvement (1943), Gaston Bachelard

11 commentaires:

  1. Beau texte de Bachelard, que j'aime beaucoup pour nombre de ses travaux...

    RépondreSupprimer
  2. Songe, songe, Céphise, à cette nuit cruelle
    Qui fut pour tout un peuple une nuit éternelle.
    Figure-toi Pyrrhus, les yeux étincelants,
    Entrant à la lueur de nos palais brûlants,
    Sur tous mes frères morts se faisant un passage,
    Et de sang tout couvert échauffant le carnage.
    Songe aux cris des vainqueurs, songe aux cris des mourants,
    Dans la flamme étouffés, sous le fer expirants.
    Peins-toi dans ces horreurs Andromaque éperdue :
    Voilà comme Pyrrhus vint s'offrir à ma vue ;
    Voilà par quels exploits il sut se couronner ;
    Enfin voilà l'époux que tu me veux donner.
    Non, je ne serai point complice de ses crimes ;
    Qu'il nous prenne, s'il veut, pour dernières victimes.
    Tous mes ressentiments lui seraient asservis.

    Racine, Andromaque, acte III, scène 8

    RépondreSupprimer
  3. Les songes sont de la nature de l'air, subtiles, évanescents. Ils portent des parfums inconnus et profonds qui sont comme autant de couleurs d'une palette infinie.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis bachelardienne par instinct ... et baudelairienne par goût ...

    En essayant de nuancer son propos, on propose l'ouverture des nuages, le mouvement de la pensée, le songe d'une vie ...

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour j'aime bien ce texte et j'aime bien cette photo aussi
    Car dés que je vois un nuage je sais que je suis partie pour un long voyage le rêve est toujours présent
    Merci PAT

    RépondreSupprimer
  6. "imaginer toute nuance comme un changement"...
    ...et tout changement comme une métamorphose.

    De tous les éléments, l'eau est le plus sujet à transformation. Évaporée elle se mue en nuées, qui changent à leur tour constamment d'aspect jusqu'à leur ultime métamorphose, condensation ou cristallisation.
    Le vent apporte les nuées, comme le sommeil apporte les rêves sans cesse fluctuants.

    RépondreSupprimer
  7. Les nuages en musique du ciel . Merci pour vos mots et réflexions que je lis avec attention et me laisse en rêveries

    RépondreSupprimer
  8. Et ... Plus qu'aucun autre élément peut-être, l'eau est une réalité poétique complète. Une poétique de l'eau, malgré la variété de ses spectacles, est assurée d'une unité. L'eau doit suggérer au poète une obligation nouvelle : l'unité d'élément. Faute de cette unité d'élément, l'imagination matérielle n'est pas satisfaite et l'imagination formelle n'est pas suffisante pour lier les traits disparates. L'oeuvre manque de vie parce qu'elle manque de substance.

    L'eau et les rêves — Essai sur l'imagination de la matière (1942), Gaston Bachelard,

    RépondreSupprimer
  9. Pat je passe te dire bonjour pour te souhaiter une belle journée

    RépondreSupprimer
  10. N'est-ce pas dans l'ombre que l'on songe le plus intensément ?

    " La rencontre avec soi-même signifie d'abord la rencontre avec sa propre ombre ".
    Jung

    RépondreSupprimer
  11. Merci France

    Jeandler Tout à faitet Jung à aussi dit: nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur les chemins de la vie.

    RépondreSupprimer