lundi 23 janvier 2012

Nature





Je voudrais célébrer dans des vers ingénus
Les plantes, leurs amours, leurs penchants inconnus,
L'humble mousse attachée aux voûtes des fontaines,
L'herbe qui d'un tapis couvre les vertes plaines,
Sur ces monts exaltés le cèdre précieux
Qui parfume les airs, et s'approche des cieux
Pour offrir son encens au Dieu de la nature,
Le roseau qui frémit au bord d'une onde pure,
Le tremble au doux parler, dont le feuillage frais
Remplit de bruits légers les antiques forêts,
Et le pin qui, croissant sur des grèves sauvages,
Semble l'écho plaintif des mers et des orages :
L'innocente nature et ses tableaux touchants,
Ainsi qu'à mon amour auront part à mes chants.


Chateaubriand ( Invocation )

5 commentaires:

  1. Une humble et forte image
    qui alliée aux vers du poète
    déçu par la vie
    célèbre ô combien la nature
    dans ce qu'elle a de plus pur
    en sa virginité nue

    RépondreSupprimer
  2. Contraint à l'exil
    après ses déboires politiques
    le poète est obligé de se réfugier en son domaine
    de la Vallée-aux-Loups, près de Paris
    où la nature est reine.
    Là, il plante, réuni une flore rencontrée aux Amériques et reçoit ses visiteurs.

    Le parc et la maison se visitent aujourd'hui.

    ( http://www.hauts-de-seine.net/cadre-de-vie/protection-environnement/espace-naturel/Parc-de-la-Vallee-aux-loups )

    RépondreSupprimer
  3. Jeandler @ merci pour tes mots et le lien . Un grand romantique

    Philippe @ oui Chateaubraund à tout dit sur la Nature mais qu'il est beau de l'admirer

    RépondreSupprimer
  4. L'auteur préféré de ma mère !
    Merci, Pat !

    RépondreSupprimer