jeudi 17 mars 2011

Au Pigeon


Sous la plume du temps
pierre et peintres
en harmonie 


Maison du Pigeon Bruxelles où vécu victor Hugo

12 commentaires:

  1. Merci pat
    bisou bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Vue sous cet angle, moins frontal, la façade me semble moins austère, intégrée dans un ensemble de bonne compagnie.

    Le poète
    sur le chemin de l'exil
    une terre d'asile

    RépondreSupprimer
  3. C'est très émouvant de voir ce genre de bâtiments où un grand homme a vécu!! Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Merci,Pat.Bruxelles est une ville bien agreable,manque seulement le soleil!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci pour ton passage sur le Journal d'un Petit Belge. A mon tour de découvrir ton blog. A bientôt Pat.

    RépondreSupprimer
  6. La pierre mémoire de notre temps .... Merci de votre passage :)

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Pat

    très bonne soirée et à demain

    jmarc et amitiés

    RépondreSupprimer
  8. Belle perspective, bien capté.
    Bonne fin de semaine.
    Yvon.

    RépondreSupprimer
  9. Les grotesques montés sur pas de vis sont rigolos et j'aime le réverbère !

    Belle journée, Pat

    RépondreSupprimer
  10. @ Mamita > merci pour ton passage

    RépondreSupprimer
  11. @ Jeandler

    Victor HUGO (1802-1885)
    (Recueil : Les quatre vents de l'esprit)

    Exil
    Si je pouvais voir, ô patrie,
    Tes amandiers et tes lilas,
    Et fouler ton herbe fleurie,
    Hélas !

    Si je pouvais, - mais, ô mon père,
    O ma mère, je ne peux pas, -
    Prendre pour chevet votre pierre,
    Hélas !

    Dans le froid cercueil qui vous gêne,
    Si je pouvais vous parler bas,
    Mon frère Abel, mon frère Eugène,
    Hélas !

    Si je pouvais, ô ma colombe,
    Et toi, mère, qui t'envolas,
    M'agenouiller sur votre tombe,
    Hélas !

    Oh ! vers l'étoile solitaire,
    Comme je lèverais les bras !
    Comme je baiserais la terre,
    Hélas !

    Loin de vous, ô morts que je pleure,
    Des flots noirs j'écoute le glas ;
    Je voudrais fuir, mais je demeure,
    Hélas !

    Pourtant le sort, caché dans l'ombre,
    Se trompe si, comptant mes pas,
    Il croit que le vieux marcheur sombre
    Est las.

    RépondreSupprimer
  12. @ Le jardin d'aloes >> oui un grand Homme
    @ Cristina >> et ce n'est pas pour aujourdh'ui

    @ Un petit belge >>Merci pour la visite

    @ Marie > preserver le patrimoine !

    @ tamerlan > bonne journée

    @ Yvon > L'histoire, une passion !

    RépondreSupprimer